Charte de droits des membres de la familie

En tant que membre de la famille d'une personne qui va bientôt mourir, j'ai les droits énumérés ci-dessous.

  • Goûter pleinement le fait d'être en bonne santé, sans me sentir coupable. Je ne suis pas responsable du fait qu'une personne que j'aime soit mourante.
  • Choisir avec qui je veux parler de la maladie de mon proche. Je ne suis pas responsable du fait qu'une personne soit choquée par mon refus de répondre à ses questions.
  • Comprendre ce qui se passe dans notre famille, même si je suis un enfant.
  • Qu'on me dise la vérité, avec des mots que je peux comprendre, à propos de la maladie de mon proche, de son état et du pronostic du déroulement de sa maladie.
  • Manifester mon désaccord ou ma colère, même si c'est à l'égard de la personne qui va mourir. La maladie n'empêche pas de demeurer un être humain.
  • Ressentir ce que je ressens vraiment et non ce que l'on croit que je « devrais » ressentir.
  • Répondre à mes propres besoins, même s'ils ne paraissent pas aussi vitaux que ceux de la personne qui va mourir. J'ai le droit de m'accorder du temps libre sans avoir le sentiment de manquer de loyauté.
  • Aller chercher de l'aide extérieure pour la personne malade et pour les membres de la famille, si j'estime que nous ne sommes pas en mesure de faire face à la situation.
  • Obtenir de l'aide pour moi, même si les membres de ma famille ont choisi de ne pas en demander.
  • Conserver de l'espoir, quelle qu'en soit la forme. Personne n'a le droit de m'enlever mes raisons d'espérer.
 
Du 9 au 12 octobre 2012 19e Congrès international sur les soins palliatifs En savoir davantage >

 

fév
28
2013