Charte de droits de Soignants

En tant que personne qui soigne un proche souffrant d'une maladie en phase terminale, j'ai les droits ci‑dessous.

  • Prendre soin de moi-même. Ce n'est pas de l'égoïsme, mais une attitude qui me permettra de mieux prendre soin de la personne qui en a besoin.
  • Demander de l'aide, même si la personne malade s'y oppose. Je dois reconnaître les limites de ma résistance et de mes forces.
  • Conserver une vie personnelle indépendante de la personne dont je prends soin, tout comme si elle était en pleine santé. Je sais que je fais tout ce qui est possible pour elle. J'ai le droit de me réserver une partie de mon temps, sans me sentir coupable.
  • Manifester ma colère, ma tristesse, ma joie et mes frustrations. Rire, pleurer et exprimer tout le spectre normal de mes émotions.
  • Refuser, chez la personne malade, toute tentative consciente ou inconsciente de manipulation par la culpabilité, la colère ou la tristesse.
  • Recevoir de la personne malade des manifestations de reconnaissance, d'affection, d'indulgence et d'approbation pour ce que je fais quotidiennement pour elle.
  • Éprouver de la fierté pour ce que je fais pour cette personne et me féliciter du courage dont je fais preuve en acceptant cette responsabilité.
  • Penser à moi et poursuivre des activités qui me permettront de vivre pleinement après le décès de la personne qui m'est chère.
  • Exiger que les gouvernements, qui cherchent à trouver des ressources pour venir en aide aux personnes qui souffrent, en fassent autant pour aider celles qui leur prodiguent des soins.

Adaptation de Caregiving: Helping an Aging Loved One (AARP Books, 1985) par Jo Horne.

 
Du 9 au 12 octobre 2012 19e Congrès international sur les soins palliatifs En savoir davantage >

 

fév
28
2013